Conseil Municipal 26 Mai 2014

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

 

Je tiens en propos liminaire à remercier les services municipaux pour la qualité et le professionnalisme des documents remis.

 

La délibération du compte administratif est le moment privilégié où les élus et la population peuvent prendre le temps d’étudier les comptes de leur cité.

Ces éléments budgétaires sont la réalité des comptes de la commune et peuvent montrer des écarts par rapport aux prévisions émises lors du vote du budget en début d’année précédente.

La campagne électorale est encore proche et il me semble me rappeler monsieur le Maire, que vous ne supportiez pas que je vous parle de comptabilité analytique pour piloter financièrement les grands projets et les postes de coûts importants de notre ville alors que vous ne présentiez que des comptes en comptabilité générale.

Encore une fois, l’effort est peut-être fait en interne dans vos services, mais la démocratie participative et l’instruction des affaires de la commune auprès des Villeurbannais mériterait bien une présentation en comptabilité analytique lors du compte administratif.

Combien couteront en globalité les nouveaux rythmes scolaires à Villeurbanne, peut-être le saurons-nous en 2015 ? Combien nous coute chaque année le festival des Invites ?

Il est toujours utile d’espérer. J’aurai même tendance à dire « Monsieur Bret, que diable, un peu d’audace. Que votre slogan de campagne ne reste pas lettre morte. »

 

L’étude du compte administratif de votre majorité est intéressante à plus d’un titre lorsque l’on se plonge dans le détail des chiffres.

Quelques satisfécits tout d’abord : oui vous avez bien tenus les charges à caractère générale. Vous avez même sur certains postes dépensé moins que prévu. C’est à noter.

Mais le détail montre aussi un aspect moins glorieux de votre gestion.

A Villeurbanne aussi, la pause fiscale demandée en son temps par M. Pierre MOSCOVICI n’a pas été appliquée.

Ce sont bien 1,8 M€ de taxes et impôts non budgétés – dont 885 000€ pour les impôts locaux, 638 000€ pour la taxe additionnelle aux droits de mutation, 169 000€ pour la taxe sur l’électricité et 80 000€ pour les droits de stationnement qui ont été pris dans les poches des Villeurbannais.

Il en est de même avec les produits exceptionnels, budgétés à hauteur de 619 000€ et mandatés à hauteur de 2 514 000€, soit une hausse de plus de 305%. (1,325M€ services communs et 0,436M€ aménagement urbain)

Du côté des dotations, là aussi nous aurions aimé avoir en face de nous le Jean-Paul Bret qui se scandalisait contre le gel des dotations venant de l’Etat entre 2009 et 2012. En effet, cette année, ce ne sont pas moins de 405 000€ de crédits qui ont été annulés.

Mais étonnement, nous ne vous avons peu entendu sur ce point. La solidarité socialiste sans doute.

Au total, rien que sur les recettes de fonctionnement, ce sont 4,328 M€ que vous vous êtes octroyés, soit une hausse de 3,23%. Bien plus que l’inflation !!

 

Du côté des dépenses de personnel, on peut le dire vous avez lâché la bride durant votre dernier mandat. Elles sont passées de 56M€ au Compte Administratif de 2008 à 65M€ au Compte Administratif de 2013, soit une hausse de plus de 16%. Retraité de la hausse du point d’indice (1,53% sur cette période), nous faisons face à Villeurbanne à une hausse du coût des services de 14%.

Vous l’avouez vous-même dans ce Compte Administratif en indiquant bien que la part la plus importante de cette hausse est liée à la création des postes et plus particulièrement aux emplois d’avenir. Emplois d’avenir dont tout le monde sait bien qu’ils sont voués à l’échec lorsqu’ils sont créés hors du secteur marchand.

Alors que l’Etat durant le mandat de Nicolas Sarkozy a lancé une grande réforme au travers de la Révision Générale des Politiques Publiques, les collectivités territoriales en grande partie détenues par la gauche ont continué à embaucher, hors de tout cadre de transfert des compétences.

Il serait temps qu’à Villeurbanne les méthodes qui ont fait leurs preuves à l’extérieur soient enfin mises en place.

Oui nous avions prévu de créer des postes de Policiers municipaux. Mais justement en ne remplaçant pas là où c’était possible les départs en retraite. Même le gouvernement socialiste actuel utilise sous la houlette de Manuel Valls cette méthode. C’est donc qu’elle fonctionne bien et permet de réaffecter les postes là où c’est nécessaire.

 

Parlons maintenant un peu d’investissement.

Alors que vous aviez budgété lors du dernier exercice plus de 60M€ d’investissements, plus de 20M€ soit 33% n’ont pas été exécutés.

Ah il est facile d’annoncer en campagne plus de 200M€ d’investissement dans sa commune sur un mandat de 6 ans, si chaque année plus de 30% des investissements budgétés ne sont pas exécutés.

En parallèle de ces non-investissements, budgétés il faut le rappeler sans recourir à l’emprunt, donc en taxant lourdement les Villeurbannais, il faut remarquer que l’excédent de fonctionnement capitalisé est de plus de 18M€.

20M€ inutilisés d’un côté, 18M€ perçus de l’autre.

A Villeurbanne, les Villeurbannais pâtissent donc bien de la double peine socialiste. Trop taxés par François Hollande – et oui, même Manuel Valls a reconnu que les taux de prélèvements étaient trop lourds en France ces tous derniers jours – et trop taxés par la majorité socialiste villeurbannaise qui ne sait plus quoi faire de la cassette qu’elle a constitué sur ces dernières années.

Car oui, la question que l’on peut se poser est bien la suivante :

« A quoi bon budgéter des investissements si ceux-ci ne sont pas réalisés ? »

Ces investissement sont-ils utiles aux Villeurbannais auquel cas ils doivent être réalisés au plus vite et sans barguigner, ou ne sont-ils là que pour laisser perdurer au sein de la population le sentiment que l’on va s’occuper des problèmes du quotidien sans savoir ni quand ni comment ?

A moins que les Villeurbannais ne pâtissent de la triple peine socialiste Hollande-Collomb-Bret ?

Ces retards de réalisation, cette cassette constituée, ne serait-elle pas que la triste vision d’une ville mal considérée au Grand Lyon ?

Cet état de fait a été relevé par votre opposition lors du dernier mandat. A croire que vous persistez dans l’absence d’écoute.

Villeurbanne tellement mal considérée que vous vous êtes senti obligés de constituer un groupe dissident pour tenter de peser sur des décisions urbanistiques qui vous échappaient ?

C’est donc bien un fait, l’investissement est encore le parent pauvre de l’action politique à Villeurbanne.

 

Aussi, vous comprendrez fort bien que nous nous abstiendrions sur le vote du Compte Administratif et nous voterons contre la décision modificative.

Je vous remercie.

Les commentaires sont fermés