Conseil métropolitain du 5 novembre 2018 : Requalification de la rue Bonneterre

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Cette délibération a pour objet de permettre à la Métropole de Lyon de requalifier la rue Bonneterre à Villeurbanne.

Cette opération est nécessaire depuis de nombreuses années et nous la voterons. Elle nous donne l’occasion de mettre en lumière des choix politiques.

Cette rue, ainsi que d’autres endroits de la ville de Villeurbanne, est connue comme un lieu où l’insécurité est grandissante et les trafics de drogue nombreux et visibles de tous.

Requalifier l’espace public, et la délibération est claire sur ce sujet, est donc une avancée majeure permettant de sécuriser le public lors de ses déplacements. C’est aussi un gage d’une volonté politique de prendre à bras le corps les problèmes de trafics de drogue qui gangrènent nos quartiers.

Nous tenons à rappeler que des habitants de Villeurbanne ont osé prendre la parole lors du conseil municipal de février 2018 afin de dénoncer les trafics de drogue dans leur quartier et crier leur sentiment d’abandon face à un pouvoir politique absent.

Mais qu’elle n’a pas été notre surprise, notre émotion, quand, en feuilletant le magazine municipal villeurbannais du mois d’octobre 2018, nous avons pris connaissance de la volonté de la majorité socialiste et de ses alliés d’ouvrir le débat sur le cannabis dans notre cité dès le mois de décembre.

Lancer ce débat est une insulte jetée au visage des habitants qui subissent ces trafics quotidiennement. Ils n’ont d’autre choix que de baisser le regard face à quelques caïds qui détiennent le pouvoir dans ces quartiers.

Nous connaissons bien l’engagement du maire de Villeurbanne à faire respecter les lois et son esprit républicain.

Nous ne comprenons donc absolument pas cette prise de position, d’autant plus qu’une quelconque dépénalisation ne réglera pas le problème de la délinquance.
Il s’agit non seulement d’un problème d’insécurité mais également d’un problème de santé publique. Des études ont été maintes fois publiées sur les méfaits du cannabis.

Je cite entre autres les effets toxiques de cette substance qui peut contenir autant si ce n’est pas plus de substances cancérigènes que le tabac comme l’ammoniaque (20 fois plus), l’oxyde d’azote (5 fois plus) ou le cyanure d’hydrogène. La probabilité chez les fumeurs de joint de développer un cancer du poumon est 5,7 fois supérieure que pour un non-fumeur.

Le cannabis créé aussi une dépendance psychologique et son usage thérapeutique doit être suivi médicalement.

Enfin, pour nos jeunes qui sont les plus concernés, laisser perdurer le sentiment que le cannabis est une drogue « récréative » engage notre responsabilité politique.

On nous oppose souvent les pays qui ont décidé la légalisation de la vente du cannabis, mais ne soyons pas naïfs, cela ne limite en aucune manière la présence du crime organisé sur le marchés des drogues.

Les Pays-Bas ont d’ailleurs bien saisi le problème, puisque tout dernièrement ils ont limité le cannabis dans les villes, La Haye étant la première à l’interdire complétement, jugeant que la politique de la légalisation et de la vente étatique avait fait faillite.

Ce fléau mérite toute notre volonté d’éradication et de combat. En tout cas pour Villeurbanne, nous nous opposons fermement à laisser perdurer ces trafics dans nos quartiers.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.